Encens

Encens et boîte à encens

Définition

Extrait de Wikipedia

Le mot encens désigne une matière qui est brûlée en sacrifice, une offrande. De tous temps, les sociétés ont utilisé l’encens, que ce soit dans les rites religieux, pour purifier des lieux liturgiques comme l’église ou lors d’une prière privée. L’art de l’encens a longtemps été considéré comme sacré et ses origines remontent à très loin dans le passé : 

  • de l’Egypte ancienne où on l’utilisait au processus de momification ; 
  • en Chine et en Inde où les médecins utilisaient les effets psycho-somatiques des parfums subtils de l’encens pour soulager et soigner ; 
  • dans la Grèce antique et dans les Eglises chrétiennes, l’encens était utilisé au cours de nombreux rituels et prières. 

L’encens se présentait essentiellement sous la forme d’une poudre et était considéré comme un produit de luxe. Ce n’est que bien plus tard que sa forme en bâtonnets a été créée, et très récemment qu’il est entré dans la vie quotidienne des Occidentaux.

Les diverses versions façonnées de ces « parfums à brûler » comportent : les bâtons, les cônes, les boulettes, cordelettes, spirales ainsi que les encens pressés.

Les bâtonnets, cônes et encens pressés sont fabriqués à base de poudres aromatiques, parfois renforcées d'huiles parfumées tel que le champa, d'eau et d'une poudre facilitant la combustion tel que le taboo, le charbon ou le salpêtre. Le mélange obtenu peut être roulé autour d'un bâtonnet de bambou (encens indien), extrudé en bâtonnet (encens japonais ou senkoh), moulé en forme de cône ou de formes diverses. Ces versions s'utilisent en allumant simplement l’extrémité du bâton ou du cône, et en laissant la matière se consumer sans flamme. La quantité de fumée dégagée est très variable : de très abondante pour les encens indiens à absente pour les encens japonais, sans fumée. 

Conseils

Comme tout produit résultant d’une combustion, l’encens engendre certains polluants gazeux, tels que monoxyde de carbone (CO), oxydes d'azote (NOx), oxydes de soufre (SOx), composés organiques volatils (COV) et polluants toxiques absorbés (hydrocarbures aromatiques polycycliques et métaux toxiques). 

Il est bon de noter que le taux d'émission diminue dans la rangée :  Bois de santal indien> Bois d'aloès japonais> Bois d'aloès taïwanais> bois de santal sans fumée. Meilleure est la qualité de l’encens, moins polluante sera la fumée qui s’en dégage. 

Comme dans toute chose, faisons preuve de bon sens. 

Afin de limiter les risques de pollution intérieure, aérons chaque jour pendant au moins 15 minutes, toutes les pièces qui ont une fenêtre, sans exception. Que nous brûlions de l’encens ou pas !